• Un texte de Philippe Ruelen qui explique bien comment les enfants apprennent.

    Voici le texte que vous trouverez sur son site personnel.

    Le site de Philippe Ruelen

    Comment les enfants apprennent-ils?

    Bonne lecture.


    votre commentaire
  • Voici un site où une enseignante s'est permis de poster tous les jeux qu'elle utilise dans sa classe.

    Une vraie mine d'or avec des jeux pour tous les thèmes et pour tous les goûts. Il faut absolument aller jeter un coup d'œil car ça vaut le détour.

    Bon l'encre de l'imprimante va couler mais c'est pour la bonne cause.

    Profitez bien des 2 raisons pour lesquelles on fait ce métier: Juillet et août ^^

    Un site mine d'or


    votre commentaire
  • Voici une petite vidéo pour expliquer la communication non violente dans une classe (ou ailleurs d'ailleurs).

     

    http://www.icem-pedagogie-freinet.org/node/41079


    votre commentaire
  • Tous les ans, je profite du début des vacances pour faire un maximum de tâches pour pouvoir partir l'esprit tranquille en vacances.

    Voici cette liste.

     

    1. Emploi du temps de l'année prochaine -Télécharger « emploi du temps 4.pdf »
    2. Organisation d'une journée type -
    3. Penser les mouvements dans la classe afin de faciliter la coopération -
    4. Feuille de suivi des brevets de la classe -
    5. Penser le texte libre et l'écrilecture -
    6. Organiser une boite à outils vierge que l'on remplira au fur et à mesure de nos découvertes de l'année -
    7. Trouver des cages à fils pour la classe - cage à fils
    8. Trouver une imprimerie Lego - trouvée sur le bon coin
    9. Préparer boite à création mathématique collective -
    10. Penser le plan de travail de l'année prochaine -Télécharger « pt 2.pdf »
    11. Lire les livres de Bernard Collot - L'école de la simplexité et la pédagogie de la mouche
    12. Explorer les sites suivants - RUELENCRESPC - Vers une école du troisième type (aucun lien avec laPEX)
    13. Fiches de préparation pour les différents ateliers de l'année -
    14. Un cahier de la classe pour les remplaçants éventuels -

    Cette liste pourra s'allonger au fur et à mesure de mes réflexions. Si ça peut faire penser à quiconque à des choses à faire et bien je serai ravi (au moins elle aura aider 2 personnes)


    votre commentaire
  • Je suis en pleine ébullition pour l'année prochaine. Je change d'école, de niveau. Du coup comme je n'étais pas satisfait de mon plan de travail, j'en ai retravaillé un. Attention c'est un premier jet, rapidement fait. Comme je passe de CM2 à CE1/CE2 c'est un plan de travail plus cadré, moins ouvert.

    Attention ce plan de travail n'est pas abouti, il est en version alpha pour le moment mais a le mérite de donner quelques idées. Au fur et à mesure de mes réflexions je vais le modifier.

     

    Je vous donne le fichier modifiable (qui s'ouvre avec Scribus penchant libre de Publisher).

    Télécharger « pt 2.sla

    Pour ceux qui ne savent pas se servir de ce logiciel ultra simple je vous donne le lien vers un tutoriel très bien fait.

    http://www.icem-pedagogie-freinet.org/node/31165

     

    Pour le mode d'emploi c'est assez simple.

    Quand une activité est effectuée on colorie le petit cercle. Cette activité marquée rapporte le nombre de points choisis (cercle noir dans la case d'activité).

    Au moment du bilan l'élève calcule les points de son plan de travail et cela permet de savoir l'autonomie de l'élève. Un seuil est à atteindre pour passer en autonomie 2 ou 3. Cette autonomie permet de suivre les élèves qui en ont le plus besoin car on priorise l'aide à apporter grâce à ce guidage.

    Vous pouvez voir qu'il y a aussi chaque jour de travail afin de se repérer dans le temps et de mieux prévoir son travail.

    On trouve une ligne pour les projets personnels de l'élève et un bilan rapide pour tout le monde (un début d'autoévaluation).

     

    Je compte employer ce plan de travail pour mes CE1 et mes CE2 et le faire évoluer pour les CE2 au cours de l'année afin de le rendre plus ouvert pour ceux qui seraient très autonomes.

     

    Un ébauche de plan de travail


    votre commentaire
  • Pour celles et ceux qui ont la chance, que dis-je l'insigne honneur d'enseigner en Île-de-France, je vous propose une sortie à faire dans le 18ème arrondissement de Paris, à Montmartre.

    Une balade entre le Sacré-cœur et le lapin agile en passant par la statue du passe-muraille.

    L'organisation est simple:

    6 groupes accompagnés par un adulte lâchés dans la nature (pas si nature que ça) qui doivent suivre un itinéraire et découvrir en s'amusant Montmartre.

    C'est une balade de 4h environ (prévoir un pique-nique) mais alors quels bons souvenirs en perspective (même les parents).

    Course d'orientation à Montmartre

     

    Cela fait deux ans que je la fais avec un grand succés à la clé à chaque fois. Il faut dire que si vous voulez le faire entre adultes c'est très sympa également (mes parents et mes amis venus en pélerinage parisien en redemandent).

    Bonne visite scolaire ou personnelle.


    votre commentaire
  • L'école réparatrice de destins, de Paul Le Bohec

    Je ne vous conseille pas l'E-Book qui est plutôt mal conçu et qui est empli de drm, donc utilisable qu'à partir d'Adobe.

    Bonjour, aujourd'hui je veux vous parler de ce livre révélation pour moi, un livre à mon goût trop méconnu.

    L'école réparatrice de destins de Paul le Bohec, un livre indispensable à toute personne cherchant à mieux comprendre la méthode naturelle et la pédagogie de Freinet.

    L'auteur, a pratiqué la pédagogie Freinet tout au long de sa carrière et a même été un de ses fervents animateur. Il a beaucoup apporté au mouvement, dans l'ombre, en tant que lieutenant. Ce fut un expérimentateur toute sa vie, et est devenu incontournable à l'ICEM. Il a théorisé la méthode naturelle comme personne et a notamment permis de mieux entrevoir le texte libre mathématique: la création mathématique collective.

    Ce livre retrace et explique tous les aspects de la pédagogie de Freinet, tel un mémo et se lit comme une autobiographie, car pour lui l'enseignement ce fut sa vie.

    On m'a offert ce livre qui a été avalé en quelques jours (2 pour être précis) car on ne peut pas décrocher tellement il est passionnant et éclairant. Il m'a fait réfléchir sur ma pratique et l'a déjà faite évoluer. Je cogite depuis 10 jours (vacances oblige) afin de voir comment changer ma classe. Je vais être obligé de le lire et de le relire tellement il est riche.

    Dès la rentrée 2014, je me lance dans une de ses merveilles d'ingéniosité la cage à fils.

    UN INDISPENSABLE JE VOUS DIS.

    Mais il n'y a pas que moi qui le dit:

    Les cahiers pédagogiques

    Philippe Meirieu

     

    Et si vous voulez avoir un aperçu de ce que peut avoir dit et apporté Paul Le Bohec, je vous conseille d'aller faire un tour sur son site.

    Les amis de Freinet


    votre commentaire
  • À la manière de la création collective mathématiques de Paul Le Bohec, et au vu des résultats  tant bien sur le comportement ou sur la connaissance en mathématiques du groupe.

    J'ai décidé d'adapter mon enseignement au français. En complément du texte libre qui est la base selon moi pour bien comprendre toutes les subtilités essentielles du français. "C'est en écrivant que l'on apprend à écrire."

     je fais ça par intermittence dans ma classe depuis l'année dernière et à chaque fois que je décide de l’arrêter pour travailler autrement, les élèves me demandent de travailler à nouveau comme ça. Voilà comment je fais dans ma classe:

    dispositif: des groupes de 8 élèves dans un coin regroupement
    matériel par élève: une ardoise et son feutre par élève, un porte-vue avec toutes les connaissances attendues jusqu'à la 5ème,
    matériel collectif: une boite avec des dictionnaires, des Bescherelle, et tout autre outil qui peut être utile
    durée: 30 à 45 min

    Chaque élève écrit une phrase, n'importe laquelle. J'en prends une au hasard parmi celles des élèves qui n'ont pas été choisis avant - l'objectif étant de faire passer tous les élèves à tour de rôle.
    J'écris la phrase au tableau telle quelle, avec les fautes originelles, et là après quelques secondes d'observation on parle de la phrase.

    Voici les étapes:
    1 - un élève lit la phrase
    2 - on corrige les fautes avec justification
    3 - on parle de la phrase avec toutes ces possibilités:

    • sens de la phrase (si on change un mot est-ce que le sens change),
    • temps du verbe (où se trouve-t-elle sur la ligne temporelle),
    • on peut chercher les fonctions (sujet, verbe, différents compléments avec les astuces pour les trouver ou le sens de ces compléments),
    • on peut faire une chasse aux mots (trouver la nature des mots de la phrase),
    • chercher les groupes nominaux, les groupes verbaux.

     

    • On peut la modifier en regardant les conséquences sur le sens.
    • On ajoute des adjectifs, des compléments du nom, des compléments circonstanciels,
    • on change le temps de la phrase, le sujet
    • on réduit la phrase à son strict minimum ou on l'agrandit au maximum,
    • on cherche des synonymes, des antonymes.
    • On la transforme en phrase négative ou affirmative.
    • et tout ce qui peut être fait sur une phrase, les enfants ont une imagination débordante.

    On joue avec cette phrase, on peut même faire de la poésie.
    je me rappelle d'un exemple d'une phrase qui nous a amené à parler de poésie surréaliste car le sens était très abstrait et permettait toutes les fantaisies. De toute façon les enfants nous guident dans ce qui les intéresse et ce qu'ils veulent explorer.

    Ces moment comme pour les séances de création mathématique collective sont tellement riches que cela ne se tarit jamais. Si on n'a pas grand chose à dire et bien on étudie une autre phrase.

    Ah oui dans la classe on appelle ce temps: étude de texte, mais je n'aime pas cette appellation.

    Voilà à peu prêt comment on fonctionne dans la classe.

     


    votre commentaire
  • Quelques petites lignes pour vous dire que pour être au courant de chaque nouvel article inscrivez vous à la newsletter.


    votre commentaire
  • Extraits de « Le rire des enfants »
    Nicolas GO - France Culture le 1er avril 2013- émission : « Pas la peine de crier »
     
    … L’enfant, s’il n’est pas soumis à des tortures, à des châtiments, des souffrances, des maltraitances de la part de l’adulte, a un rapport spontané, joyeux avec le réel
    … Dans notre tradition européenne, le rapport aux enfants est un rapport souvent manqué…
    … il y a cette idée qu’il faut que l’enfant arrête de rire et soit un peu sérieux. L’enfant est considéré comme un être passionné, sans raison, délirant éventuellement, il doit donc être mis sur la voie, discipliné, pour pouvoir se consacrer au sérieux de l’étude…
    … L’école est un lieu de tristesse et d’ennui, sauf exception, l’exception étant le tempérament du professeur…
    … il y a de telles contraintes hiérarchiques qui pèsent sur l’activité d’enseignement, de telles contraintes liées aux performances scolaires, au programme, à l’obéissance à l’égard de la hiérarchie et de l’institution, que les enseignants ne se sentent pas la force de s’autoriser à concevoir la relation éducative sur un autre mode que celui qui s’impose à eux, de par ces conditions et circonstances institutionnelles…
    … Je pense à l’inverse de ce qui se fait le plus souvent dans le champ de l’éducation, que le rire est propice aux apprentissages, il ne les menace pas, ils les renforcent. On sait aujourd’hui, grâce aux travaux neurobiologiques que la mémoire est liée à l’affectivité, et que les apprentissages sous l’angle cognitif, sont en partie déterminés par l’affectivité, le système limbique et la relation sociale…
    … Il ne s’agit pas d’opposer d’un côté la joie et l’autre l’étude. Si on néglige tant la joie, c’est qu’on considère qu’elle est indépendante de l’étude. Il me semble que le meilleur moyen d’augmenter les connaissances des enfants, c’est de transformer totalement le rapport au savoir,  et ma proposition est que ce rapport aux savoirs soit un rapport d’autorisation au sens où les élèves ne sont pas acteurs d’une pièce qui a été écrite par le professeur, mais auteurs de leurs propres apprentissages. »…
    … Considérant que la joie est une puissance créatrice, de concevoir l’éducation comme l’effectuation des puissances créatrices, et non pas la seule transmission de la culture comme on a l’habitude de le dire…

    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires